ATN_English Features Tech News Afrique

Fibre optique : la révolution numérique au Cameroun sera au rendez-vous de la CAN 2016

Africatechnews_cables
Written by R. Essola

En chantier depuis décembre 2009 à partir de KYE-OSSI dans le Sud, le Projet de déploiement d’un réseau national de transmission par fibre optique a réussi aujourd’hui à relier les dix régions du pays, plus d’une quarantaine de départements et plusieurs arrondissements. A ce jour, plus de 16000 km de câble ont été posés.

Le Cameroun va accueillir le Championnat d’Afrique de football féminin en 2016 et la Coupe d’Afrique des nations (CAN) masculine en 2019.

Les travaux exécutés par l’entreprise chinoise HUAWEI Technologies, ont été financés grâce à un prêt d’Eximbank China à hauteur de 26 milliards de francs CFA. La « Dorsale » ou « Backbone » ainsi réalisée avait pour objectif à terme de mailler le territoire en infrastructures « large bande » pour permettre aux ménages d’accéder à une meilleure qualité de connexion internet et à moindre coût. Soit entre 2 mégabits et 10 gigabits par seconde.

3000 km de plus sont prévus dans le cadre du Projet National Broadband Network (NBN) afin de porter le réseau à près de 10 000 km. Les retombées de ce gros investissement sont d’ores et déjà ressenties dans plusieurs domaines. La qualité des services de téléphonie, d’internet, d’e-bank, de télévision a connu une nette amélioration. Des avancées considérables sont tout aussi attendues dans les domaines de la télémédecine, l’e-government, l’e-commerce, l’e-learning, entre autres.

fibres_Afrotech_news

L’infrastructure sera déployée à Yaoundé et Limbé, les deux villes hôtes de la CAN féminine. Pour Yaoundé, les sites retenus sont le stade Ahmadou Ahidjo et le centre d’excellence de la Confédération africaine de football situé à Mbankomo en banlieue. À Limbé, la fibre optique sera déployée dans le nouveau stade omnisports ainsi que dans les hôtels Seme Beach, Fini et Atlantic. 

La réalisation du projet va mobiliser exactement 947 millions de FCFA. Pour le ministre des Postes et Télécommunications, Jean-Pierre Biyiti bi Essam, cela va permettra d’ « assurer une communication fluide et efficace ». Ces installations seront renforcées et étendues pour la CAN 2019 à Garoua et Douala

 

 

Ouverture sur le monde

Le câble sous-marin SAT3 jusqu’ici utilisé pour les télécommunications, arrivant à saturation dans les prochaines années, l’alternative du câble sous-marin à fibre optique de nouvelle génération arrive à point nommé. Cette avancée sera effective grâce au partenariat entre MTN International et l’Etat du Cameroun. Sur investissement de 25 milliards de francs CFA, le câble sous-marin à fibre optique WACS (West African Cable System) a été connecté au point d’atterrissement à Limbé dans le Sud Ouest du Cameroun. Long de 14 000 km le WACS relie l’Europe à l’Afrique en passant dans l’Océan Atlantique. Il part du Portugal pour l’Afrique du Sud traversant au passage 15 pays. Selon des sources gouvernementales, des négociations sont en cours pour l’arrivée d’autres câbles notamment Africa Coast to Europe (ACE) et Main One. Les objectifs étant les mêmes, à savoir l’amélioration de la qualité des services et la réduction des coûts.

CAB : Intégration sous-régionale

Le Projet Central African Backbone (CAB) est le fruit de la volonté politique des Chefs d’Etats de la Zone CEMAC (Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale). La première phase vise à relier le Cameroun, le Tchad et la République Centrafricaine. L’objectif majeur est de permettre l’accès de la sous-région à des services de télécommunications de qualité et à des coûts réduits. L’interconnexion se fait à partir de SAT3 et le câble est posé le long du pipeline Tchad-Cameroun. A terme, le projet devra relier les réseaux des autres pays de la zone Cemac et au-delà : Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Congo Démocratique, Nigéria, Soudan, Sao Tomé et Principe, Niger. Faisant ainsi du Cameroun un véritable hub. Les principaux partenaires financiers, la Banque Africaine de Développement (BAD) et la Banque Islamique de Développement (BID) sont d’ores et déjà prêts.

Sources : CAMTEL, Cameroon Tribune

About the author

R. Essola

I'm a Digital Native and Crazy about Technologies and Tech trends. Don't miss my updates ;)

Leave a Comment